******aa*******
Expérimentation de lutte contre la varroose



Pourquoi ?


L’étude vise à expérimenter des moyens de lutte contre le varroa destructor : principale source de l’affaiblissement des colonies et dont l’élimination s’avère problématique (réinfestation après traitements, résistance aux produits). L’expérimentation porte sur l’évaluation de l’efficacité du traitement et de ses effets sur les colonies d’abeilles.

 

Comment ?


L’expérimentation de l’ADAM en 2014 (début septembre à fin octobre) a été menée sur 30 colonies d’un apiculteur professionnel. Trois produits* préconisés contre la varroose ont été testés: l’acide formique selon la formulation MAQS®, le thymol en combinaison avec d’autres matières actives pour la formulation ApilifeVar®, et une formulation d’acides organiques (formique, oxalique, citrique) et propolis pour Hiveclean®. Le rucher a été réparti en 3 lots de 10 ruches pour chaque traitement. 

 

Et alors ?


L’analyse des données récoltées permet d’établir les taux d’efficacité pour les lots MAQS®, Hiveclean® et ApilifeVar® qui sont respectivement de 60%, 64% et 80%.

En comparaison des résultats déjà obtenus par l’ADAM, les efficacités de MAQS® (86% en 2013) et d’ApilifeVar® (90% en 2013) sont en baisse et à des niveaux jugés faibles pour MAQS® et à peine suffisants pour Apilifevar® pour assurer une bonne entrée en hivernage même avec un traitement complémentaire hors couvain.

Testé pour la première année par l’ADAM, le traitement Hiveclean® affiche une efficacité insuffisante (64%) pour permettre aux colonies de passer l’hiver de façon optimale.

De plus les résultats ont confirmé une surinfestation des colonies pour 2014 qui présentent un seuil moyen de 6000 varroas comptés sur lange.



 


Les pratiques de lutte contre la varroose

 

L’enquête des pertes de cheptel de l’hiver 2014/2015 a permis de faire un état des lieux des stratégies de lutte contre la varroose des apiculteurs.


L’utilisation d’un produit seul n’est employée que pour l’amitraze, traitement qui reste le plus utilisé et dont la forme commerciale «Apivar® » reste largement appliquée. Certains confortent ce traitement (4%) par de l’acide oxalique en hiver.

Le premier type de stratégie adopté par les apiculteurs est l’application de thymol en fin d’été et l’utilisation ultérieure d’un second produit pendant l’hiver.

Quand à ceux appliquant au moins 3 traitements, ils utilisent (sauf une exception) le thymol en fin d’été, l’acide oxalique au stade hors larve et l’acide formique à l’automne ou au printemps.